Création de l’UCAB et Fête 1978

A l’aube de la 19e fête villageoise,
retour sur les origines de cet événement bussignolais.

En 1977, la jeune Union des Commerçants et des Artisans de Bussigny se constituait un objectif bien clair: se faire connaître. Quoi de mieux, dès lors, que d’organiser une fête pour rassembler petits et grands autour d’un verre? L’idée, qui venait de germer, grandit rapidement et commença à se concrétiser. Avec l’aide des autorités communales, dont celle précieuse du syndic de l’époque, M. Jean-Louis Girardet, le projet put se mettre en place et la rue de la Gare fut investie par une myriade de commerçants pendant toute une journée. Le succès fut immédiat. La journée de fête emballa la population qui n’attendait qu’une telle occasion pour se retrouver. Et la nouvelle association avait créé sa première carte de visite.

Le marché en 1978

L’année suivante, la fête s’agrandit et se déplaca le long du parc, en bas de la rue de Lausanne. La fête se déroula sur deux jours. Les sociétés villageoises amenèrent alors leur pierre à l’édifice. C’est le début d’une longue collaboration. L’union fait appel aux sociétés du village pour se charger de stands de nourritures et de diverses animations. Les sociétés peuvent ainsi prendre une part active dans cette manifestation et toucher le public autrement. L’ambiance n’était pas commerçante, nous n’assistions pas à une foire mais à une véritable fête. Les journaux de l’époque en sont témoins: cette manifestation est véritablement plébiscitée par la population qui se retrouve dans son esprit: brocantes, jeux, concours, une course cycliste est même organisée dans le village. Petits et grands se retrouvent autour de toutes ces activités variées.

Et puis, de nouveau un déménagement. La fête prit ses quartiers en haut du village, dans les rues étroites entre le café des amis et le Temple, où elle restera pendant des années. La fête sera organisée tous les deux ans, en alternance avec l’abbaye. Mais elle devient un rendez-vous incontournable de la vie villageoise de Bussigny. Malgré le changement de quartier, toutes sortes d’activités restaient organisées: jeux, concours, la foulée est même associée à la fête pendant plusieurs années avant que la place vienne à manquer. L’étroitesse des rues et les cantines parfois bricolées lui donnent une chaleur qui perdurera. La collaboration étroite et indispensable avec les autorités communales a perduré. Les sociétés et ses membres s’investissaient pleinement dans la réussite de chaque édition. Des heures de travail sont nécessaires pour une tenue correcte des stands. Chacun prêtait, amenait, donnait ce qu’il pouvait: matériel, temps, énergie… L’investissement personnel était énorme, tout le monde se dépensait sans compter. L’UCAB mettait à disposition des infrastructures que les membres des sociétés se chargeaient de décorer. Il n’y avait aucune compétition entre les stands. Les verres voyageaient même d’une société à une autre au gré des clients. L’ambiance était bon enfant. Les habitants du quartier mettaient aussi la main à la pâte. Les gens se connaissaient tous et les éclats de rire étaient légion.

Et maintenant…

Cette manifestation reste l’occasion unique, pour les commerçants, de voir cette clientèle avec laquelle ils n’ont pas le temps de créer un contact autrement. L’esprit villageois qui règne dans cette fête a traversé les années et les développements urbanistiques. Le but de la fête est resté le même: se faire connaître. A l’heure ou le village devient ville, une pareille manifestation garde tout son sens. L’entraide et la bonne humeur qui y règne ont encore de beaux jours devant eux.

Par Rebecca Joly